Réparer un Tokina RMC 28mm 2.8

Diaphragme bloqué par de la graisse sur une Tokina RMC 28mm f/2.8, monture Yashica/CONTAX.

Comme cela est malheureusement trop souvent le cas, j’ai reçu cet objectif non-fonctionnel. Acheté sur une plateforme suisse de vente aux enchères, il était annoncé comme totalement utilisable. Diaphragme bloqué, rien ne bouge. Les lentilles étaient propres, toute la mécanique est en métal et en bon état malgré quelques traces d’usure, j’ai tenté le démontage. Pour le prix acquis (23 Frs), je me suis dit que cela me ferait un bon exercice de révision d’objectif, je manque encore de pratique.

La cause principale du diaphragme bloqué : de la vieille graisse qui s’est glissée entre les lamelles, créant une “colle” qui soude le diaphragme.

Diaphragme bloqué par de la vieille graisse, empêchant tout fonctionnement, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 13 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Diaphragme bloqué par de la vieille graisse, empêchant tout fonctionnement, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.

Première étape, démontage par l’avant pour accéder au diaphragme.

Démontage de l’objectif par l’avant. À l’intérieur, il était rempli de poussière et de sable, nettoyage de chaque pièce au fur et à mesure de l’avancement. Cette optique doit avoir une quarantaine d’années, on peut pardonner (un peu) son état. J’ai utilisé de l’alcool isopropylique uniquement pour nettoyer les pièces (pas pour les lentilles). Et je n’ai pas eu le courage de faire une vidéo pour cet article, uniquement texte et photographies.

Figure 1. On commence par dévisser la couronne de la face avant, celle où sont inscrits les références de l’objectif, aidé du caoutchouc adéquat.

Figure 2. Vous avez accès aux 3 vis qui maintiennent la bague frontale porte-filtre/pare-soleil. (j’ai déjà passé un coup de chiffon pour nettoyer la moindre). Là, comme on le voit, les vis sont collées. J’ai utilisé du dissolvant pour retirer la colle. Attention, à petite dose ! Ensuite, utilisation d’un peu de WD-40 sur les vis (Toujours à très petite dose ! Si l’on met une trop grosse goutte et elle va immédiatement faire le tour complet du fût!), et laissez reposer quelques heures. Il a quand même fallu forcer pour retirer les vis, elles étaient bien “cimentées”.

Figure 3. La bague frontale démontée.

Figure 1. Démontage de la couronne frontale, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 1. Démontage de la couronne frontale.
Figure 2. Accès aux trois vis qui maintiennent le porte-filtre. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 2. Accès aux trois vis qui maintiennent le porte-filtre.
Figure 3. La bague porte-filtres démontée. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 3. La bague porte-filtres démontée.

Figure 4, 5 et 6. Dévisser le bloc optique. Dans mon cas, il est venu à la force des mains. Si ce n’est pas le cas, utiliser un “lens spanner” sur les deux encoches prévues à cet effet. Là où je suis déçu ; les lentilles de ce bloc optique ne semblent pas pouvoir être désolidarisées. Un éventuel futur problème entre ces lentilles signera sont arrêt de mort.

Figure 4. Le bloc optique frontal démonté, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 4. Le bloc optique frontal démonté.
Figure 5. Le bloc optique frontal démonté, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 5. Le bloc optique frontal démonté.
Figure 6. Le bloc optique frontal démonté, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 6. Le bloc optique frontal, scellé. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.

Figure 7. Il ne reste plus que trois vis à ce stade. Faire une marque de repérage pour le remettre à la bonne place. Les lamelles du diaphragme sont juste dessous. Si vous êtes délicat, elles restent accrochées au support (en plastique) venant d’être dévissé.

Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 7. Les trois vis permettant de retirer le diaphragme.

Figure 8. Le support (en plastique) avec les lamelles, comme présenté au début de l’article. On distingue bien qu’il n’y a de la graisse qu’entre les lamelles. Autour, c’est propre. Un effet de capillarité ?

Figure 9. Attention de bien repérer l’emplacement des lamelles du diaphragme. Toujours faire des images de chaque étape du démontage, ou un croquis.

Figure 10. Mettez le tout dans un peu d’alcool isopropylique. Quelques minutes suffisent, ensuite nettoyer délicatement avec du papier “ménage”, essuie-tout (genre Sopalin).

Figure 8. Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 8. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 9. Mémoriser la configuration pour le remontage. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 9. Mémoriser la configuration pour le remontage.
Figure 10. Faire tremper quelques minutes dans de l'alcool isopropylique.
Figure 10. Faire tremper quelques minutes dans de l’alcool isopropylique.

Figure 11. Profiter de nettoyer le support qui est resté fixé dans l’objectif (il faudra y revenir plus tard, comme on le verra dans la deuxième étape.).

Figure 11. Le support arrière du diaphragme, sans les lamelles et son support.
Figure 11. Le support arrière du diaphragme, sans les lamelles et son support.

Figure 12. On remet les lamelles sur le support en plastique, on le retourne (les lamelles tiennent en place.), et à l’aide du marquage précédent, on le remet en place. J’ai utilisé une pince brucelles pour le poser au bon endroit, il y a un léger rebord qui le permet. Il m’a fallu plusieurs tentatives pour le remettre correctement. “Beaucoup de patience tu auras besoin pour ces réparations”. Test de fermeture du diaphragme avec la bague, tout semble ok. Le sens des lamelles est ici inversé dessus-dessous, ce sera corrigé par la suite, quoique cela n’aie pas une grande importance. J’ai démonté trois fois l’optique pour tout comprendre…

Figure 12. Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 12. Diaphragme tout propre.

Le test de fermeture du diaphragme avec la bague étant parfait, j’ai tout remonté. Et là, misère, le diaphragme se ferme bien, mais avec un temps de latence inutilisable pour faire des photographies. J’ai d’abord pensé à un ressort fatigué, mais en réalité, il y avait de la graisse ailleurs.

Deuxième étape.

Il y a donc de la graisse dans le mécanisme d’ouverture/fermeture du diaphragme. Ici point de salut, il faut AUSSI démonter par l’arrière. Et là, c’est une première pour moi, gérer les ressorts du mécanisme et la bille de la bague de crantage (ne rien abimer et ne rien perdre, pour résumer).

Figure 13. Démontage de la monture, trois vis facile.

Figure 13. Démontage de la monture du Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 9 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Figure 13. Démontage de la monture.

Figure 14. Mémorisez (photographiez, ou dessinez, décrivez, comme vous voulez.) l’emplacement de la monture avant de l’enlever. Attention à la bague des valeurs de diaphragme ; quand elle sort, la bille de crantage peut disparaître dans la quatrième dimension. La bille a un diamètre 2 millimètres (si jamais).

Figure 15. On a maintenant accès au ressort qui tient le support du diaphragme. C’est tout petit. Avec une pince Brucelles (fine et pointue), il faut attraper l’extrémité de ce ressort et le faire sortir par le haut. Il y a juste assez de place entre le ressort et la bague du dessus pour ne pas avoir à démonter tout le reste, c’est déjà ça.

Figure 16. Par précaution, on peut aussi dévisser le bloc optique arrière. Attention aux rondelles qui peuvent tomber. La remise en place de ce bloc optique est encore un jeu de patience. Il faut s’y prendre à plusieurs fois pour retrouver le bon “pas” qui permettra de le visser totalement. S’il y a du jeu avec les rondelles (cela fait “bling-bling” en le retournant.), ce n’est pas bon. La flèche rouge indique l’emplacement de la bille de crantage du diaphragme.

Figure 14. Prenez des repères pour le remontage. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 14. Prenez des repères pour le remontage.
Figure 15. Le ressort à soustraire de la tige. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 15. Le ressort à soustraire de la tige. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C
Figure 16. Le bloc optique arrière démonté.
Figure 16. Le bloc optique arrière démonté.

Figure 17. On peut maintenant retirer et nettoyer le support du diaphragme. Pour la remise en place, c’est l’opération inverse.

Figure 18. Maintenant, on s’attaque à la suite du mécanisme de retour (fermeture) du diaphragme. Pour cela, on reprend la monture préalablement démontée. Les cinq premières vis à enlever.

Figure 19. On retourne la monture, et voici les deux vis suivantes à retirer.

Figure 17. Le support du diaphragme retiré.
Figure 17. Le support du diaphragme retiré.
Figure 18. Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 13 décembre 2020
Figure 18. Retour sur la monture, cinq vis à retirer.
Figure 19. On retourne la monture et on enlève deux vis supplémentaires.
Figure 19. On retourne la monture et on enlève deux vis supplémentaires.

Figure 20. Maintenant que cela est dévissé, les deux parties sont désolidarisées, mais toujours maintenues par le ressort. Dans mon cas, le ressort est bien collé, sur ces deux extrémités, sur les vis. J’ai décidé de ne pas y toucher, ce qui empêche de totalement séparer les deux parties. J’ai nettoyé avec des cotons-tiges imbibés d’alcool, en maintenant légèrement distantes ces deux parties. Une fois que tout est nettoyé, le retour du ressort n’est plus lymphatique, c’est instantané.

Figure 20. Nettoyage à l'alcool isopropylique. Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C.
Figure 20. Nettoyage à l’alcool isopropylique.

Finalement…

Il ne reste plus qu’à tous remonter dans le bon ordre. Il n’y a pas eu de surprises particulières. Je pense que c’est un objectif facile à démonter. Juste besoin de patience et être méthodique.

Il y avait de la graisse/huile un peu partout, mais difficilement visible. Elle va se cacher partout où il y a du frottement. Et bien sûr du sable, de la poussière et autres saletés non identifiées.

Pour les résidents en Suisse : la maison Reactolab.ch permet de se procurer toute la chimie nécessaire, ainsi que certains outils (récipients en verre, gants, pince, coton-tiges, etc.). Pour les outils plus spécifiques “photographe”, (“lens spanner”, tournevis PH 0000, etc.) il faut chercher un peu partout dans le monde pour trouver son bonheur.

Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 Y/C. 13 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Tokina RMC 28mm 2.8 monture Yashica/CONTAX
Réparation des lamelles du diaphragme bloquées, Tokina RMC 28mm 2.8 monture Yashica/CONTAX. 13 décembre 2020 © Willy BLANCHARD
Tokina RMC 28mm 2.8 monture Yashica/CONTAX

© Panchromatique.ch, tous droits réservés, 15 décembre 2020

error: Alert: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :